Soigner sa e-réputation, renouveler sa décoration, rafraîchir sa carte de bar, mettre au goût du jour son petit déjeuner;  autant de détails qui ont leur importance dans la satisfaction client.

Alcove vous accompagne pour entreprendre ces changements.

 

REJOIGNEZ-NOUS SUR INSTAGRAM

CONTACT

 

Mail : contact@alcoveandco.com

Tel : 06 37 18 56 39

Blog

Home  /  Lifestyle   /  JULIE FLAMINGO

JULIE FLAMINGO

ALCOVE Dorée #14 : LE GUIDE Rêvé

Elle, c’est celle qui a changé de vie pour poursuivre un idéal, laisser libre cours à sa créativité et continuer à partir en voyage le plus souvent possible.

Lui, c’est le petit City guide qu’elle a crée et qui va égayer notre rentrée. Ce city guide n’est pas un bouquin que vous achetez 15 jours avant vos vacances pour vaincre votre FOMO, non c’est un guide que vous allez caresser des doigts et admirer toute l’année si vous avez la chance d’habiter une des 3 villes suivantes : Paris, Nantes ou Bordeaux. Ce guide c’est un petit bijou illustré par une fée créatrice, qui relaye les endroits les plus inspirés et bienveillants de la ville.

On vous fait découvrir le parcours de Julie Flamingo et ses inspirations. 

 

 

C’est qui Julie Flamingo au juste ?

J’aime bien dire que je suis unique et pourtant multiple :  je suis une femme, une maman, une amie, une amoureuse, une sœur et une entrepreneuse. Tout ça à la fois.

 

Pourquoi Flamingo ?

[rires] C’est un clin d’œil à mon amoureux, suite à un voyage au Mexique. Je n’en dis pas plus…

 

Tu as édité récemment un city guide pour les villes de Paris, Bordeaux et Nantes, pourquoi ces 3 villes ?

J’ai lancé Nantes il y a 3 ans en juillet 2016, car c’est la ville où j’habite et que je connais bien. Bordeaux, est venue ensuite. Elle a été élue la ville la plus attractive du Monde en 2017, alors je m’y suis forcément intéressée. Paris, c’est pour monter en puissance. J’ai l’intention de couvrir les plus grandes villes de France. Mais Paris c’était un défi de taille, je savais que j’étais attendue là-bas, cela a été beaucoup de travail.

Pourquoi as-tu ressenti le besoin de créer un tel guide ?

J’étais responsable RH depuis 15 ans et ma boîte évoluait dans un sens qui ne me convenait pas. J’ai d’abord cherché du travail ailleurs et me suis rendue compte que je ne trouverais pas mieux, car j’aspirais à autre chose tout simplement. Le voyage est dans mon ADN depuis toujours. J’ai toujours élaboré mes programmes de voyage à 100% et je collectionne les cartes illustrées et les guides indépendants. Alors quand une collègue m’a vu préparer minutieusement un voyage en Californie, elle m’a dit que je devais me lancer. J’ai gardé l’idée dans un coin de ma tête 3 ans et ce sont des amies lors d’un dîner qui ont fini par me convaincre. Le lendemain, je disais à mon mari : « je vais faire ça » et il m’a dit « banco ! ».

 

Il s’adresse à qui selon toi ?

J’ai un double public en réalité : les habitants de la ville, car pris par son quotidien, on ne connaît jamais vraiment l’endroit où l’on vit. Mon propos est donc de dire que c’est chouette « d’être un touriste dans sa propre ville ». Et bien sûr, les touristes. J’ai vocation à accompagner le voyageur dans la réappropriation de ses 5 sens. Lui proposer un voyage sensoriel, lui réapprendre à sentir un parfum ou une gourmandise, à toucher grâce au papier très spécial du guide ou regarder les illustrations très graphiques par exemple. Sur mes guides, je ne dessine pas forcément tous les monuments par exemple, je propose un regard subjectif où il faut faire travailler son imagination. Le musée du Jardin du Luxembourg est illustré avec une femme qui s’émerveille devant les Nymphéas de Monet dont la robe se transforme en tableau. Cela éveille l’esprit.

 

Comment t’est venue la passion des jolies choses  ?

Je suis issue d’une famille d’artistes. Ma mère était professeur d’Arts plastiques et mon père plasticien. J’ai baigné dans les musées toute mon enfance et j’ai développé une sensibilité au Beau. J’ai toujours aimé les objets, les petites choses. C’est un héritage de ma mère, je pense. Je peux devenir dingo pour une carte de visite ou un coquillage par exemple, pas forcément un objet de valeur.

 

Comment as-tu sélectionné les lieux/artisans ? Quels étaient tes critères ?

Pour Nantes, le premier c’était principalement les lieux que j’aimais. Pour Bordeaux et Paris, partant de zéro, j’ai dû affiner mes choix, mettre en place des critères. Il faut que cela soit Beau et Bon et que l’adresse soit animée d’une vraie passion, qu’on y fasse une vraie belle rencontre. J’ai un radar aux bonnes ondes, même en tant que RH, je me suis rarement trompée sur les personnes que je recrutais.

 

Tu sais déjà ce que sera ton prochain projet ? Tu peux nous en parler ?

Oui, je sais déjà, mais je suis une énorme cachottière. Je ne dévoile jamais le lieu du prochain guide avant le démarrage officiel, même à mes proches. J’organise un concours sur Instagram pour que mes followers devinent par eux même la destination. Cela me permet de voir où ils m’attendent et de faire un peu de teasing. J’adore créer l’effet de surprise en fait

Ton péché mignon :

J’en ai tellement ! C’est très compliqué de te répondre.

J’ adore regarder une série lovée dans les bras de mon amoureux, j’adore les t-shirts, le riz-au-lait et les crêpes … Je suis un péché ambulant !

 

L’objet qui ne te quitte jamais:

Pour le travail, c’est un super cahier en cuir organiseur.

Pour le perso, c’est un bijou offert par mon amoureux, un collier Pascale Monvoisin : un cori avec une opale incrustée.

 

 

 

 

Ton dernier achat impulsif ?

Hier, j’ai acheté une paire de créoles de la créatrice Adeline Affre, originales, dorées et très jolies. Et une sérigraphie de Lorraine Sorlet : une nana habillée en kimono qui lit un livre intitulé Amour. J’adore.

 

Julie Flamingo

@julie.flamingo

https://julieflamingo.bigcartel.com/

Photographies : Julie Flamingo

Textes : Julia Noel

Retrouvez plus de photos sur Instagram @alcoveandco