Soigner sa e-réputation, renouveler sa décoration, rafraîchir sa carte de bar, mettre au goût du jour son petit déjeuner;  autant de détails qui ont leur importance dans la satisfaction client.

Alcove vous accompagne pour entreprendre ces changements.

 

REJOIGNEZ-NOUS SUR INSTAGRAM

CONTACT

 

Mail : contact@alcoveandco.com

Tel : 06 37 18 56 39

Blog

Home  /  Décoration   /  EDOUARD DAEHN

EDOUARD DAEHN

Alcove dorée #12 : Nature

On a découvert Le Barn il y a quelques mois alors que les granges se sentaient bien nues et que les chevaux dansaient au son des marteaux. Niché au cœur de la forêt de Rambouillet et dans son état le plus brut, le lieu laissait présager du meilleur. La Presse internationale et les réseaux sociaux ont ensuite participé à l’effervescence. Le Barn est finalement né un jour du mois de juin, dévoilant une splendeur et une bienveillance singulières.

Afin de découvrir ce lieu d’un nouveau genre et en connaître l’âme, nous avons fait la rencontre d’Edouard Daehn, l’un des deux hommes à l’initiative de ce beau projet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Barn, c’est quoi ? A qui vous adressez-vous ?

Le Barn, c’est un hôtel situé en pleine nature et plus précisément au sein du Haras de La Cense à Bonnelles. C’est un lieu qui est destiné aux familles, aux amis et aux entreprises ayant pour but de permettre aux gens de se réunir dans un contexte fondamentalement nature. Un espace de convivialité et de raffinement. On y vient pour se ressourcer, se retrouver et profiter d’activités en plein air. C’est dans cet esprit que l’on a déployé le projet, William Kriegel et moi.

 

Que pouvez-vous me dire de vous ?

Je suis un hôtelier de terrain, un entrepreneur et une personne curieuse. J’ai toujours voulu créer des projets qui me ressemblent, parce que je peux être très travailleur mais je veux surtout faire des choses qui m’amusent. Ici, je suis en quelque sorte en train de créer ma maison de campagne pour pouvoir recevoir ma famille et plein d’amis.

Je suis assez peu dans la contemplation, mais plus dans l’action, c’est ça qui m’intéresse. J’ai développé une sorte de boulimie pour faire et créer des choses, rencontrer des gens. J’aime être le buvard de toutes les expériences que je vois autour de moi.

Je suis aussi père de trois enfants et j’ai une charmante épouse qui a la ténacité de me suivre dans mes conneries. [rires]

 

Comment a été pensé ce lieu ?

La personne qui se réveille ici a l’embarras du choix. Premièrement, on s’est battu pour que les chambres du Barn soient orientées sud avec des portes qui s’ouvrent vers l’extérieur. Le client peut rester au lit et profiter d’une vue exceptionnelle sur la campagne environnante. Cela pose le décor. Ensuite, il peut choisir entre aller courir, monter à cheval, jouer au golf, pêcher, prendre son petit déjeuner en famille dans sa chambre ou se diriger au restaurant pour rejoindre ses proches par exemple.

 

Si on s’intéresse aux chevaux justement, comment sont-ils intégrés dans le séjour?

Les chevaux sont aux champs en liberté la plupart du temps et sont bien dans leur tête, c’est très important. Le cheval n’est pas une finalité, ici au Barn, mais un moyen d’accéder à la nature. C’est aussi une manière de répondre aux fantasmes de beaucoup de gens, qui veulent monter à cheval. Ici, on donne la possibilité à n’importe qui de côtoyer un cheval et voir comment il se comporte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous avez participé à l’ouverture de plus de 15 hôtels, qu’avez-vous fait différemment cette fois ?

Le Barn est différent, par son approche mais aussi par son offre. Vous avez par exemple ce bâtiment qui est un ancien moulin dédié aux Bains. Ce n’est pas un institut à vocation esthétique mais plus un centre thérapeutique avec un hammam, un sauna, 3 salles de soins et des bains nordiques qui donnent sur l’extérieur. Ici, ce sont des ostéopathes et des kinésithérapeutes qui s’occupent de vous.

Si on se tourne, il y a là Les Communs qui comprennent une salle de réunion de 150m², cinq chambres et deux dortoirs. Le but étant pour nous d’offrir à nos clients l’opportunité de venir ici avec un dénominateur commun qui va être lié à des valeurs, une envie de nature et de partage, et non financier. On peut louer des lits ici à partir de 45€. Là encore, c’est différent.

On a aussi modifié le système de room service pour qu’il soit moins intrusif et plus libre. Chaque chambre dispose d’un vaisselier et d’une table pour se réunir. Le repas est déposé grâce à des paniers devant la porte pour les clients qui souhaitent conserver leur intimité et dresser la table eux même.

 

L’hôtel a été conçu avec goût et beaucoup de bonnes idées. Comment avez-vous sélectionné les talents qui ont participé et participent encore à ce beau projet ?

J’avais envie de travailler avec be-poles depuis longtemps. Clémentine Larroumet est une amie. Pour la première fois, be-poles a eu carte blanche pour faire un hôtel, avec une maîtrise d’ouvrage très présente. William et moi, nous sommes vraiment investis dans ce projet. On travaille tous en équipe, be-poles, Daphné Charles (paysagiste), Christophe Vergniaud ( architecte bâtiments),William et moi.

 

Est-ce que si je résume en disant que le Barn, c’est la maison de campagne de ceux qui n’en ont pas, j’ai raison ?

Oui absolument.  Mais pas du tout avec une vision passéiste de la campagne, on n’est pas la maison en pierre avec le feu qui crépite. C’est beaucoup plus progressiste avec notamment les anciennes granges agricoles transformées. On a travaillé au fonctionnalisme des chambres et du lieu pour que tout respire la nature et le partage. On a voulu imaginer le concept de « consommer la campagne version 2018 ».

 

 

 

 

 

 

Comment expliquez-vous l’engouement autour de ce projet ?

Par l’équipe, par les gens qui l’incarnent. On a une vraie histoire, les gens sentent que c’est vrai. Quand vous rencontrez William, c’est un des entrepreneurs français les plus brillants de sa génération. Quand vous parlez avec Antoine Ricardou (be-poles), il est juste génial. Quand vous parlez avec Daphné, elle respire la joie de vivre et on comprend pourquoi elle apporte tant de générosité dans son approche paysagère. Parce que l’équipe aime ce projet viscéralement, il y a une vraie histoire d’Hommes derrière cet hôtel.

 

Edouard, avez-vous un talent caché ?

Ma seule qualité c’est d’être curieux. Je peux frimer là-dessus, je suis très curieux. Je m’intéresse à beaucoup de choses.

 

Un objet dont vous souhaitez nous parler ?

Pas un objet, mais une pièce maîtresse pour nous. Ce sont les poêles de la Maison Regnier, il y a en a 4 ici. Ils ont été faits à la main, ils vont apporter beaucoup de chaleur au lieu.

 

L’expérience client, c’est quoi au final ?

Plus globalement, un hôtel, c’est du service, ce sont des gens, c’est de l’attention, des choses à faire. La décoration vient en plus de ça, c’est une composante incontournable, mais ce n’est pas le cœur du métier. L’expérience client, ce n’est pas juste regarder un lieu, c’est offrir la possibilité au client de vivre le lieu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

LE BARN HOTEL, Moulin de Brétigny
Commune de Bonnelles 78830

http://lebarnhotel.com/

 

 

Textes et Photographies : Julia Noel

Retrouvez plus de photos sur Instagram @alcoveandco